aller vers "Le bonheur sans effort"

aller vers "Comment s'affranchir de l'impuissance"

aller vers "Le besoin de reconnaissance"


Les masques tombent.

Oui, monsieur, oui madame, nous allons nous mettre à nu.

    Tout d'abord, vous allez prendre un bloc de papier et écrire au haut de la première page : " Je suis menteur" ou "je suis menteuse". Tss-tss, pas un mot pour l'instant. Mettez votre ego de côté et suivez les directives. Pour obtenir des résultats concrets, il faut suivre une démarche concrète. Et, surtout, pas de gants blancs. Pas de détours.

    Sur cette page, je vous demande de dresser la liste de vos frustrations. Cela peut prendre la forme de confessions, d'histoires que vous vous racontez chaque jour pour supporter votre quotidien, de choses qui vous rendent furieux. Soyez honnête. Écrivez tous les accroires que vous vous faites, les pipes, les comédies, les tours de passe-passe qui ponctuent votre vie.

    Par exemple : " Je déteste mon sale boulot, mais j'ai réussi à me convaincre que, dans la vie, on ne fait pas ce qu'on veut. "

    Ou : " je préférerais passer ma vie tout nu sur une plage à manger des fruits cueillis dans les arbres, à me baigner dans la mer et à satisfaire mes élans sexuels, plutôt que d'être chaque jour obligé de porter des vêtement désuets, de manger à toute vitesse des plats surgelés sur le coin d'un bureau et de retenir mes pulsions sexuelles, que je finis de toute façon par satisfaire seul puisque personne ne semble capable de le faire aussi bien que moi."

    Ou : "Je sais que l'environnement a besoin d'être protégé et que chacun doit faire sa part, mais je préfère prendre ma voiture pour aller travailler. Je déteste l'autobus: je suis obligé de poireauter sur le coin de la rue en l'attendant, je ne supporte pas les gens dont le déodorant ne tient pas le coup plus de 30 minutes et, pire, je ne tolère pas les usagers qui mangent ces chips croquantes à l'odeur intolérable de fromage ou de je ne sais trop quel substitut."

    Ou : "J'avoue que, même si je le gratifie de mon plus beau sourire chaque matin, mon voisin m'énerve. Je ne supporte pas sa clôture qui empiète sur mon terrain, son nouveau barbecue qu'il ne sait pas faire fonctionner et sa foutue tondeuse qu'il utilise le dimanche matin à 9h"

    Ou : "Je trouve mes jambes trop courtes, mes muscles trop fins et mes seins trop pendants. J'en ai assez de me faire dire que je dois m'accepter comme je suis, que la beauté est dans les yeux de celui ou de celle qui regarde, que le vrai amour est intérieur. Moi, je veux des cuisses et des fesses d'enfer, je veux les biceps d'Arnold Schwartzenegger, je veux que les autres se retournent sur mon passage quand je marche dans la rue."

    Ou : "J'en ai assez de tous ces soi-disant experts en santé qui me disent de boire plus d'eau, même si l'eau n'a pas de goût et qu'elle contient une foule de produits chimiques, Moi, j'aime le vin, le Sprite et la bière. Je préfère avoir une petite bedaine et prendre mon petit verre chaque jour que de boire de l'eau plate à chaque repas."

    Ou : "J'adore acheter de l'équipement de conditionnement physique, mais je ne veux pas m'en servir. Je hais les gyms, je déteste les vêtement de sport, j'exècre l'entraînement, un point, c'est tout."

    Ou : "Je souhaite que les enfants aillent se coucher, non parce qu'ils sont fatigués et qu'il se fait tard, mais parce que je veux avoir la paix. Je ne réussis à me détendre que lorsqu'ils sont au lit."

    Ou : "J'aime bien les membres de ma famille, mais seulement lorsqu'ils sont à 200 kilomètres de la maison. Mes parents rouspètent tout le temps; mon frère, qui gagne pourtant 120 000$ par année, est une sorte d'oncle Picsou; et ma soeur est tellement quétaine que c'en est décourageant !"

    Ou : "Je suis fatigué de me faire dire par le curé du village que je suis obligé d'aller me confesser tous les dimanches à l'église si je ne veux pas pourrir en enfer et que cette simple visite efface toutes les fautes que je répète semaine après semaine."

    Ou : "Je ne supporte plus d'entendre parler de compromis. Je veux que mon conjoint admette qu'il a tous les torts. Il laisse constamment traîner ses chaussettes sales, il ne place pas toujours les boîtes de conserve sur la bonne étagère dans le garde-manger et il lit des livres expliquant comment réussir sa vie professionnelle plutôt que sa vie de couple"

    Ou : "J'aimerais que ma femme s'habille pour me plaire à moi, plutôt que de choisir ses vêtements pour ressembler à la nouvelle infirmière dans General Hospital. Je veux qu'elle comprenne que je me fous que ses sous-vêtements soient confortables ou non; ce que je veux, c'est qu'elle porte des sous-vêtements sexy que je peux détacher d'une seule main"

    Ou : "J'aime la cigarette et l'alcool. tant pis pour ceux qui sont contre."

    Ou : "Je trouve ridicule de payer 50 000$ pour une voiture qui peut atteindre 150 km/h en deuxième vitesse, alors que la loi m'oblige à conduire en pépère à 100 km/h sur l'autoroute."

    Ou : "Le trou dans le mur du sous-sol, je ne l'ai pas fait en déplaçant un meuble d'enfant, mais bien en y frappant quand j'étais en colère."

    Ou : "J'aimerais savoir comment me brancher à Internet pour ne pas avoir à le demander chaque fois à mon fils de neuf ans. Comme ça, je n'aurais pas besoin de prétexter des recherches sur Clint Eastwood ou des destinations touristiques quand je veux accéder à des sites porno et trouver un endroit où on peut clavarder avec un amant"

    Ou : "L'école a été pour moi une perte de temps, mais je voulais faire plaisir à mes parents. Ils n'auraient jamais accepté que je me forme tout seul."

    Ou : "Épargner me pue au nez. Je rêve de tout flamber."

    Ou : "Je dis tout le temps que la mort ne m'angoisse pas. Mais ce n'est pas vrai, j'ai terriblement peur de mourir."

    Bref, écrivez tout. Affirmez tout haut ce que vous pensez tout bas. Sachez qu'on ne construit rien sur ce qui doit être détruit. Le succès commence par une bonne séance de déshabillage. Yoda, le maître de Luke Skywalker dans Star Wars, le disait bien : " Pour commencer, vous devez désapprendre ce que vous avez appris."
  
    Alors écrivez, bon sang. Pas demain, maintenant, tout de suite ! Désapprenez, désapprenez, désapprenez ! Et soyez vrai.